top of page

Un site internet, ça se travaille. Et quand c’est terminé, ça ne fait que commencer. Pour réaliser un site internet qui sert à quelque chose, voici 4 commandements à ne jamais perdre de vue. Que vous soyez en phase de création du site de votre entreprise ou que vous vouliez auditer et dépoussiérer l'existant, commencez par lire ce qui suit.

Découvrir les 4 commandements

4 commandementspour un bon site internet

Comment construire un site internet sans faute  

Pas le temps de lire ? Voici un résumé : 

  1. Le public : Définissez votre audience afin de lui parler correctement.

  2. Le fond : Chaque catégorie client a son vocabulaire, ses références, ses préoccupations, ses attentes et ses raisons de faire appel à vos services.

  3. La forme : Les goûts et les couleurs se discutent. L’ergonomie s’étudie.

  4. La technique : un site interne est, avant tout, lu par des machines, pensez à elles.

 

Aller plus loin : malgré les promesses de nombreux CMS, vous ne pouvez réaliser correctement votre site par vous-même.

Découvrir les 4 commandements

1.

Définir son audienceet lui parlercorrectement.

Particuliers ou professionnels ? TPE, PME ou ETI ? Manager général ou fonction spécifique ?

Si vous savez à qui vous vendez, parlez-leur spécifiquement. Si vous vendez vos services à plusieurs catégories d’utilisateurs, parlez-leur directement.

On dit souvent que la taille unique ne va à personne, c’est soit trop grand, soit trop petit, jamais ajusté. La réalisation d’un site internet médiocre demeure justement dans la taille unique, le message universel.

Parce que vos clients restent différents dans leur vie quotidienne et professionnelle, dans leur profil socioéconomique ou démographique, leurs expériences et leur vécu, les terrains d’entente se font rares à mesure que l’on tente de marier la carpe et le lapin.

Si vous avez peur qu’en vous limitant vous risquiez de rater des marchés ou que vous optez pour la taille unique par nécessité économique, dites-vous que du « pas cher » qui ne fonctionne pas se transforme toujours en « trop cher » parce qu’inutile.

Alors, priorisez. Soyez spécifique. Saucissonnez vos réalisations. Un site internet demeure un ouvrage qui se pense dans le temps long.

Contenu sur mesure : rien que pour eux

3

Les goûts etles couleursse discutent.L’ergonomies’étudie.

Un "bon site" et un "beau site" représentent deux choses différentes. Le beau n’est jamais un critère de succès puisqu’il reste subjectif. Par contre, un site dans lequel votre audience parvient à naviguer, sans se perdre, sans jamais s’ennuyer, tout en étant guidé là où vous le souhaitez, ça, c’est un site au design efficace.

Un design de site doit rester au service des actions que l’on attend de la part des visiteurs. Site vitrine, site marchand, landing page ou blog répondent à des codes ancrés dans les habitudes (vous chercherez toujours votre caddie en haut à droite…) et des habitudes de lecture générationnelle ou autres. Un site reste une entité complexe qui se pense en système, chaque page servant l’autre, chaque décision menant à une autre.

 

Parce que vous n’êtes pas votre propre client, ce qui marche avec vous n’est pas garanti de fonctionner chez eux. Ce qui vous plait, de même. Étudiez l’autre, écoutez ses retours, adaptez-vous, corrigez votre copie, souvent.

Un site ne devrait se voir en bibelot, son utilité ne se limite pas à son esthétique. Un site internet vit, évolue et se transforme.

Le fond, la forme, puis les règles de l’art

4

Un site internetest, avant toutechose, lu par desmachines.Pensez à elles.

Des machines qui lisent votre site, il y a en a des tas. Les robots de référencement des moteurs de recherche chercheront des informations spécifiques pour savoir comment vous classer et comment vous proposer dans leurs résultats. Ne leur donnez pas l’info, elles feront l’impasse sur votre existence.

Votre site internet peut être lu sur différents appareils. Entre un écran d’ordinateur de bureau, un ordinateur portable, une tablette et un smartphone, il y a un fossé de résolutions et de ressources à franchir. La version unique n’existe pas et vos clients définissent souvent les versions à prioriser.

Toutes les technologies ne se valent pas. Les grands CMS du marché possèdent leurs points forts et faibles, leur niche et précarré. Comprendre vos besoins, votre capacité d’engagement et les réalités de votre marché cible préside au choix de ces technologies.

Ce qui ne se voit pas côté client a un impact sur ce que le client va voir, s’il va le voir, s’il peut le voir.

Prendre  ces éléments en compte, mais...

Une question ? 

Créer un site n’est pas qu’affaire d’empilage de blocs de manière esthétisée.

Écriture SEO, écriture commerciale, psychologie, sociologie, design, ergonomie, programmation, stratégie digitale globale… Vous possédez peut-être quelques-unes de ses compétences, ou leurs notions élémentaires, mais rarement toutes. Même parmi les professionnels de création de sites web, un tel canevas d’expertises demeure rare. Avant de vous lancer, interrogez-vous sur vos compétences, avant de vous faire aider, demandez à votre interlocuteur ses limites.

 

Mais…

 

Fait est mieux que parfait. Ne laissez jamais le doute vous paralyser. Un site étant un objet évolutif, il peut toujours être rectifié, amélioré et vous pourrez toujours faire appel à un professionnel pour plus de subtilités. 

Malgré les promesses de nombreux CMS, vous ne pouvezréaliser correctement votre site par vous-même.

2.

Chaque catégorie clienta son vocabulaire,ses références,ses préoccupations,ses attentes etses raisons de faire appelà vos services.

Un site internet, c’est l’alliance du fond et de la forme. Le fond, c’est votre contenu et les messages que vous faites passer auprès d’une audience (préalablement) identifiée. Identifiez vos audiences, segmentez-les, adaptez-vous à leurs spécificités, ce n’est qu’ensuite que vous pourrez espérer les activer.

  • Une cible et plusieurs produits ? Chaque produit est un sujet à part entière.

  • Un produit, mais plusieurs cibles ? Chaque cible est sensible à des arguments spécifiques.

 

Contrairement à l’édition, il n’existe pas de limites au nombre de pages, les rationner ne vous apportera rien. Si vous traitez plusieurs sujets et thématiques sur une même page, c’est que vous pouvez réaliser autant de pages que de sujets identifiés.

 

L’objectif ne réside pas dans le volume pour se faire plaisir, mais de présenter le parfait stimulus déclencheur auprès de votre cible. De vous imposer comme une évidence.

Du contenu varié permet de se positionner sur des requêtes et besoins spécifiques, de toucher juste, de rencontrer un public en demande et d’exister dans la durée.

Guidez votre audience

bottom of page