• LinkedIn - White Circle

Digital Monkey Wrench

Logo Digital Monkey Wrench

Le paradoxe du cordonnier

👀 Je suis un spectateur de LinkedIn.

Comme 95 % des membres du réseau.

Pour de mauvaises raisons.

humble cordonnier
"fait" est mieux que "parfait"

Je suis le premier à vanter auprès de mes clients les bénéfices d’une présence sur les réseaux sociaux.


Quand ils arrivent à court d’arguments, ils me balancent systématiquement à la face mon invisibilité sur ces mêmes réseaux.


On ne peut pas toujours éluder avec un « les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés » suivi d’un sourire gêné.


Alors, comme eux, je m’invente des excuses.


Parce que je suis des comptes qui entrent dans mes centres d’intérêt et dans ma sphère professionnelle — dans lesquels j’évolue en tant qu’initié parmi d’autres initiés — j’imagine facilement que tout est déjà dit et qu’il n’y aura jamais rien de mieux à ajouter.


Ceux qui parlent savent.

Ils le font bien. Qui suis-je pour renforcer le bruit ?


J’acquiesce, je valide, j’enrage parfois, je like le plus souvent, il se peut même que je m’expose et me fende d’un commentaire.


Et je passe au suivant.


Une belle excuse pétrie de flemme et de frousse.


Je sais pourtant qu’un message en lui-même ne vaut rien s’il ne rencontre pas son public.


Chacun a son audience propre.


En tant que marketeur, je vais naturellement suivre d’autres marketeux (pour plein de bonnes ou de mauvaises raisons). Mais pour mon client l’imprimeur, je suis sans doute le seul marketeur de son réseau.


M’empêcher de prendre la parole au motif que tout a été dit est absurde. Si ce n’est pas vu, ça ne compte pas.


Mes connaissances et pensées lui seront peut-être utiles.

Elles le seront certainement plus si je les lui expose que si je les garde pour moi.


Sur LinkedIn, mon intérêt n’est pas de poster (que) pour mes pairs.

Il est de parler à mes prospects.


D’apporter une expertise auprès de ceux qui en ont besoin, pas à ceux qui la possèdent déjà.


Et ça s’applique à vous aussi.


Vous êtes peut-être les seuls représentants de votre profession dans mon réseau. Et le jour où je vais avoir besoin des services de votre corporation, devinez vers qui je suis le plus à même de me tourner.


 

La morale marketing de cette histoire :

Les réseaux sociaux ont de nombreux attraits et quelques utilités. C’est un fait.

Utilisés professionnellement, ils peuvent être un levier de croissance monstrueux, mais encore faut-il raison garder dans leur utilisation.


Votre communication digitale sur les réseaux vous permet de :


– travailler votre réputation de marque

– exposer votre expertise professionnelle

– aller à la rencontre d’un public dans lequel il est important d’identifier les prospects (puis de les convertir en client)


Il est plus intéressant de planifier et d’objectiver vos prises de paroles qui seront nombreuses : les réseaux se nourrissent d’immédiateté et de quantité.


« Fait » est mieux que « parfait »


Même sans structure, il vaut mieux faire acte de présence qu’être invisible. Mais attention néanmoins, la technique « freestyle » comporte plus de risques que de bénéfices.


Cohérence, intérêts et objectifs identifiés ne s'atteignent que s'ils sont documentés et réfléchis en amont.


Ce texte a d'abord été publié sur LinkedIn - puis la morale y a été ajoutée.

8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Pour ne rien rater, il suffit de s'abonner : 

Merci pour votre envoi !